Piège 3: les biais, suite....


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les biais cognitifs.

Notre cerveau nous trompe face à un afflux rapide d’informations, des biais inconscients façonnent nos raisonnements. Perception erronée de l’aléatoire, simplification de la réalité… autant de biais cognitifs qu’ils convient de connaître.



1. Le biais de la loi des petit nombre :

Il fausse les résultats des sondages et nous conduit à prendre pour certaine des informations qui ne sont pas étayées. On parle de résultats non statistiquement significatifs.

2 .Le biais de la régression vers la moyenne:

Il nous fait prendre des variations pour des tendances. Il est absolument nécessaire de prendre en considération une période assez longue pour comparer les périodes, «avant-après intervention» par exemple dans le cadre d’une intervention en santé publique (accident de la route et ceinture de sécurité, effet placébo…).

3. Le biais de la négligence du taux de base:

Il nous pousse à nous inquiéter pour rien ou pas grand-chose. Ce qui est rare n’est pas le plus probable. Certains cependant nous poussent à engager des politiques onéreuses pour une probabilité infime.

4Le biais de la disponibilité en mémoire:

Il nous fait prendre un événement récent pour un événement fréquent.

5. Le biais de confirmation:

Il donne un air de vérité à ce que nous croyons. Seralini et sa célèbre étude sur les rats tuméfiés aux OGM en est l’archétype (cf «Biaisons»). Nous sélectionnons les informations qui confirment nos hypothèses ou nos croyances antérieures. Ce phénomène se produit d’autant plus que l’incertitude est grande et que la polémique fait rage.

6. Le biais de cadrage.

En prendre conscience, c’est mesurer à quel point nous sommes influençables par la façon dont on énonce une question, laquelle influençe beaucoup notre réponse.

7. Le biais de représentativité.

Il consiste à baser notre jugement sur des stéréotypes plutôt que sur les statistiques. Paul est réservé, timide, précis et cultivé. A votre avis, est-il bibliothécaire, commerçant ou pilote de ligne ? A première vue, bibliothécaire. En réalité, la réponse statistiquement la plus probable est « commerçant », ces derniers étant bien plus nombreux que les bibliothécaires et les pilotes de ligne. Les probabilités ne font que maximiser les chances de répondre juste.

 

Moralité, reprenez y vous à trois fois avant de paniquer devant l'inévitable prochaine annonce catastrophique sanitairo-écologique.

 

 

Bibliographie

Science et Vie, février 2013, n°1145.