Les Verts belges.


Monsieur Philippe Henry, ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire, se complait avec délice dans l’abus de pouvoir et couvre littéralement d’éoliennes la Belgique. En effet, selon le communiqué de presse de l’association VentdeRaison du 02/08/2011, les octrois de permis éolien sur recours contre les décisions de sa propre administration et contre les avis des services compétents s’allongent démesurément.

Les promoteurs éoliens en déduisent que le ministre accordera le permis sur recours envers et contre tous.

Cet arbitraire anéantit totalement une procédure légale scrupuleusement élaborée, qui comporte plus de 30 avis spécifiques obligatoires, et une enquête publique matérialisant la participation des citoyens aux décisions en matière environnementale, telle qu’elle est garantie par la Convention d’Aarhus et son implémentation en droit wallon.

Le détournement de son pouvoir discrétionnaire et le peu de cas qu’il fait de la Convention Européenne du Paysage (CEP) est d’ailleurs critiqué par le Conseil d’Etat lui-même. Dans le cadre d’une récente requête en annulation introduite par deux communes wallonnes contre l’octroi arbitraire d’un permis éolien, l’auditorat du Conseil estime que les travaux les plus récents du Conseil de l’Europe concernant la CEP n’ont pas été pris en compte par l’acte attaqué et que «…la motivation de l'acte attaqué est déficiente en ce qu'elle n'expose pas les raisons pour lesquelles il est passé outre les objections largement étayées dans les avis donnés à l'autorité et dans les réclamations envoyées. ».

L’éolien c’est peut être bon pour la planète (ce qui reste toujours à démontrer), mais semble très mauvais pour la démocratie Belge.